Vivre la transition vers le cycle naturel

Pour passer à la contraception naturelle et écologique, la condition impérative est d’avoir un cycle naturel. Il faut donc arrêter toute contraception hormonale en premier et faire la transition vers un cycle spontané ! Parfois les hormones auront été tellement efficaces qu’il faudra un moment pour que le cycle se remette en marche. Et dans tous les cas, il sera nécessaire que la communication entre le cerveau et les ovaires se rétablisse.

Pour retrouver un cycle naturel, je vous propose une démarche en plusieurs étapes. Vous en trouverez le détail dans mon ouvrage “La phytothérapie de la femme” (Rustica, mai 2020) disponible chez Amazon ou Cultura par exemple avec un focus sur les plantes adéquates pour revenir vers un cycle naturel, pour le régulariser.
Les plantes font tellement partie de notre quotidien que nous oublions parfois qu’elles existent. Il y a les plantes alimentaires et les plantes médicinales ; certaines plantes doivent d’ailleurs être classées dans les deux catégories. J’ai déjà abordé les plantes à plusieurs reprises, comme par exemple dans l’articles sur les “plantes médicinales et cycle” ou celui sur le Yoni Steam (un des nombreux bains abordé dans l’ouvrage.)
Cette fois, je vous emmène plus loin avec de la naturopathie en plus de la phytothérapie.

1ère étape – Faire vérifier la mobilité mécanique du corps

Notre corps doit s’adapter en permanence aux différents mouvements. Si vous avez des tensions accumulées entre les ligaments, les muscles, etc, la fluidité va être contrariée et chaque mouvement peut accroître la tension en créant ou augmentant la douleur.

Pour libérer les tensions, votre meilleur ami est un praticien manuel. Pour ma part, je connais mieux les ostéopathes spécialisés en périnatalité mais les fasciathérapeutes ou les chiropracteurs, les éthiopathes sont aussi compétents sur ces problèmes (quand ils ont fait les formations complémentaires adéquates.) Nous y reviendrons dans un prochain article.

Faire vérifier cette motilité du bassin est d’autant plus nécessaire si vous avez été mise sous hormone pour des règles douloureuses, si vous avez eu un accouchement par voie basse ou si vous avez fait des examens gynécologiques pénibles.

Avec une mobilité vérifiée, la transition vers le cycle naturel sera plus simple et vous pourrez plus facilement commencer la symptothermie.

Mon conseil : consultez dès que vous êtes prête à arrêter les hormones !

2ème étape – Passer à une alimentation équilibrée

Une alimentation équilibrée devrait comporter des légumes, des farineux ou féculents et des protéines à tous les repas. A cela, il faut ajouter des huiles végétales de qualité vierge ou première pression à froid. Et il faut de l’eau !
Impossible d’avoir une belle plante si elle n’a pas un terreau fertile et de l’eau.

Si vous avez des carences nutritionnelles, le cycle aura du mal à trouver l’énergie et les éléments nécessaires à une ovulation et à une grossesse. Cela se traduira par des cycles courts, des cycles irréguliers ou des cycles avec des phases déséquilibrées.

En symptothermie, cela vous amènera de longues phases de fertilité potentielle. En contraception, vous aurez donc une obligation de protection ou d’abstinence renforcée. Et en conception, vous risquez de vous impatienter…

Passez à une alimentation équilibrée et riche en diversité est d’autant plus importante si vous avez commencé les hormones contraceptives pour endiguer une acné gênante.

Mon conseil : mangez varié avec des plats traditionnels comme votre grand’mère cuisinait ! Et reprenez des légumes…

3ème étape – Nettoyer les hormones

Bravo ! Vous êtes maintenant libérée des hormones de synthèse qui bloquaient votre cycle. Cependant, les surplus se cachent probablement encore dans les tissus…

C’est l’étape où nos amies les plantes vont nous être d’un grand secours.
Si je ne devais en citer qu’une, je vous proposerais le romarin. Il est un des plus grands nettoyeurs que je connaisse. Son action vise le foie et la vésicule biliaire et par rebond, le romarin agit sur les intestin. Il lutte contre le vieillissement cellulaire et il active les hormones (y compris la thyroïde, attention en cas de dérèglement de celle-ci…)

Mon conseil : Tisane de romarin. Vous pouvez faire une cure de 3 semaines de tisane en le buvant au cours de la journée à raison de 1 litre d’eau infusée de 3 cuillères à soupe de feuilles sèches.

Dans mon ouvrage “La phytothérapie de la femme, accompagner au quotidien les cycles du féminin”, je vous propose une démarche plus développée avec 4 étapes.
Elle est basée sur mes 15 ans d’expérience auprès des femmes…
Outre cette stratégie de rétablissement du cycle, vous y retrouverez des actions accessibles à toutes pour tous les petits maux qui peuvent venir rencontrer notre vie fertile : régulariser les cycles, réduire les règles douloureuses, gérer les flux abondants, devenir mère, utiliser les plantes contraceptives, aborder la ménopause avec joie…
Au fil des pages et des problèmes évoqués, je marie la naturopathie et la phytothérapie, avec l’aromathérapie, l’hydrolathérapie, la gemmothérapie et les tisanes. Je me suis employée à vous conseiller des plantes faciles à utiliser en premier lieu pour que le cycle naturel redevienne votre allié et que vous puissiez être heureuse dans votre peau de femme.

Il était annoncé en mars mais pour finir, il est sorti (comme nous) avec la fin du confinement. Vous pouvez vous le procurer chez tous les bons libraires, voire chez Cultura et sur Amazon, où vous pouvez aussi feuilleter les premières pages…

Et vous, que pensez-vous de cette stratégie ? De mon livre ? Comment s’est déroulée votre transition vers le cycle naturel ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.