Les pertes blanches, signe de maladie ?

Beaucoup de mythes et d’histoires tournent autour du cycle de la femme, cet inconnu… Parmi eux, les pertes vaginales sont source de questionnement et d’inquiétude.

Qu’est-ce que les pertes blanches ?

Cette appellation est un générique qui recouvre plusieurs réalités physiologiques. Une partie vient du col de l’utérus, un autre du vagin voire des glandes de la vulve.

Ces sécrétions vont porter différents noms :

  • pertes blanches : le nom plus commun et bien descriptif de ce qui est observé sur la lingerie
  • l’élixir (de vie) : le surnom des sécrétions du col dans la symptothermie
  • leucorrhées : le nom savant qui renvoie plus à la maladie qu’à l’état physiologique
  • mucus ou glaire : la partie de la sécrétion émise par les glandes du col
  • lubrification ou mouille : la partie de la sécrétion liée à l’anticipation ou la réalisation d’un rapport sexuel, émise par les glandes externes et le vagin.

Les femmes ont bien repéré au fond de leur lingerie qu’elles ont des sécrétions qui vont et viennent, en changeant en texture, couleur, odeur… Et si elles sont sujettes en plus aux infections, la moindre variation devient source d’inquiétude.

Mythe vs réalité des pertes blanches

Pourtant les « leucorrhées physiologiques » sont très importantes dans la reproduction. Revenons ensemble sur les parts de vérité pour en éclaircir les parts d’ombre…

Des variations selon le temps et l’âge

C’est vrai qu’à certaines périodes de la vie les sécrétions peuvent augmenter.

La grossesse fait connaître des taux hormonaux très importants qui vont jouer aussi sur ces sécrétions. Après la naissance, il arrive aussi assez fréquemment que les sécrétions changent en qualité et surtout en quantité.

La présence de cuivre dans un stérilet est aussi un facteur qui peut accroître les sécrétions alors que la pilule contraceptive va souvent dégrader la quantité et la qualité des pertes blanches, parfois jusqu’au tarissement.

L’âge venant, les sécrétions vont souvent avoir tendance à être moins présentes. Le corps a vieilli, les glandes aussi et elles sont moins performantes.

Et toi, faisais-tu la différence entre élixir et leucorrhées ? As-tu identifié d’autres mythes autour de ce thème ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.